Revue de presse

Jef Klak « Dessiner une utopie un peu merdique. » par Nathalia Kloos et Bruno Thomé

« Le livre, publié en mai 2018 par les éditions Cambourakis, n’a pas clôturé l’exercice : il est devenu le point de départ d’ateliers de réflexion et d’imagination itinérants, les “labo-fictions”. Quand la (science-)fiction devient un levier pour penser la dimension concrète et vivante de possibles processus révolutionnaires. »

Critique Lutter dans un monde abîmé par Nathalia Kloos

« Dans une forme de “narration spéculative”, pour reprendre les mots de Donna Haraway, Bâtir aussi invite chaque lecteur et chaque lectrice à observer attentivement le monde qui l’entoure, à y trouver ce qu’il y a à changer ou à organiser autrement pour plus d’émancipation. Pas de table rase donc : Bâtir aussi nous fait lever les yeux sur notre monde, pour y projeter ce dont on rêve, ce que l’on désire. »

Le Monde Diplomatique Les livres du mois par Monat Chollet

« Tout en stimulant l’imagination, ces récits synthétisent avec fantaisie et vivacité les grands débats qui traversent aujourd’hui la mouvance progressiste, à travers des personnages qui réussissent à ne pas être de simples archétypes militants. »

Alternative Libertaire, le mensuel Livres du mois par Marco

« La prouesse de cette exploration romanesque est de nous faire vivre ce futur et les questions qu’il pose dans toute leur épaisseur. Rarement un roman n’a rendu aussi tangible l’idée d’une révolution au présent, dans toutes ses contradictions. »

Mediapart Ne plus avoir peur des ruines du monde ancien par Jade Lindgaard

« La force de Bâtir aussi est donc d’être en prise directe avec des questions très actives dans notre monde actuel, celui de l’antémonde, tout en s’inspirant de grands textes révolutionnaires passés pour oser décoller du réalisme militant »

Rebellyon Et si on gagnait ? Lire "Bâtir aussi", des nouvelles de la révolution

« Bâtir aussi est comme une invitation à écrire à notre tour notre propre chapitre. Et mieux : une invitation à l’écrire collectivement, et à jouer le jeu de s’y mettre avec des ami-es qui nous agacent dès qu’on se met à parler de technologie, ou d’antispécisme, de rapport à la médecine, de gestion des conflits, ou n’importe lequel de ces sujets clivants qui seront des problèmes après la révolution. Faire l’exercice de voir comment on s’en sort ensemble. »

BibliObs J'ai lu un roman en écriture inclusive et franchement, ça va par Eric Aeschimann

« Pour conclure, disons que Bâtir aussi est un livre sérieux, mais qui ne se prend pas au sérieux. Un roman d’expérimentation autant que d’anticipation, parfois gentillet, mais qui renouvelle le genre en vogue de la dystopie en lui donnant une flèche positive, parce que, tout bien considéré, la fin du monde, on s’en remet. Et l’écriture inclusive est la métonymie de cette idée générale : messieurs les hommes, ne paniquez pas, après la fin de votre monde où le masculin l’emporte sur le féminin, eh bien, la vie continue ! »

Radio Zinzine Un livre, un jour par Joëlle

« Il y a des milliers de pépites, de trouvailles et de détails tout à fait fascinants dans ce bouquin. C’est de l’anticipation, mais de l’anticipation très particulière parce qu’elle part d’expériences concrètes des personnes qui ont écrit ces nouvelles. »

Un dernier livre avant la fin du monde Chronique par Paco

« Bâtir aussi s’appuie sur une vision libertaire et anti-autoritaire pour la dépasser, ancrer un futur dans le réel et développer un imaginaire de lutte, de rêves et d’idéaux révolutionnaires. […] La science-fiction pour penser le futur de manière positive et révolutionnaire, telle est la proposition faite par les Ateliers de l’Antémonde. »

Friction Magazine Fictions / Lire par Mathieu Foucher

« Voir au-delà de notre Antémonde mais, surtout, plus loin que la simple révolte : tel est l’objectif des auteurEs qui tentent ici d’imaginer les nouveaux gestes quotidiens, les routines collectives, les questionnements émergents comme les problèmes à résoudre après ce soulèvement global. »